d’apprentissage par tâches. Même s’il se tient à l’écart au cours de l’activité communicative, il doit, lors d’une phase préparatoire, mettre en place d’autres activités destinées à générer l’input nécessaire pour alimenter les productions des élèves, et, lors d’une phase d’évaluation, fournir un feedback permettant aux élèves de prendre un recul métalinguistique par rapport à leurs productions.
Dans l’approche communicative, par la formation de l’oreille à des sonorités et des musicalités différentes, l’enfant pourra accéder à une meilleure maîtrise de la langue étrangère et donc une meilleure capacité à communiquer.
L’enfant, au cours de l’apprentissage d’une langue vivante, est amené à faire des comparaisons tant du point de vue lexical que du point de vue grammatical avec sa langue maternelle.
En utilisant deux langues, l’enfant développe inévitablement des stratégies d’analyses comparatives, voire contrastives, et ces analyses sont finalement bénéfiques à une connaissance plus fine et plus approfondie des fonctionnements des deux langues en présence. Cela lui permettra de comprendre qu’une langue est régie par un ensemble de règles qui ne sont pas obligatoirement les mêmes d’une langue à l’autre.

2.2. Les avantages de l’approche communicative
Avant l’approche communicative, l’apprentissage des langues étrangères ne prenait pas en compte des paramètres de la situation de communication, tels que les caractéristiques des interlocuteurs et leurs relations, le lieu et moment de communication, le but de l’échange, l’intention de l’émetteur et l’interprétation du destinataire (récepteur). C’est en apprenant à prendre en compte la situation que l’interlocuteur choisit les mots et le registre qui convient.
L’approche communicative peut être employée comme un outil de travail. Elle donne à l’élève une possibilité de communiquer ce qu’il veut exprimer en français et développe ses compétences communicatives et linguistiques. Les avantages qu’on peut remarquer dans cette approche:
1. L’approche communicative par ses caractéristiques favorise la motivation et l’autonomie de l’élève.
2. L’approche communicative est donc centrée sur l’élève et non sur le savoir.
Elle favorise une pédagogie de la découverte du savoir par l’enfant lui-même et c’est cette construction active qui lui garantit un accès à l’autonomie.
3. L’apprentissage est centré sur des activités de communication. Les instructions officielles mettent l’accent sur la communication: «L’enfant doit être constamment mis en situation de communication.
4. Les activités orales de compréhension et d’expression sont prioritaires. Le maître doit engager l’élève à oser prendre la parole, il doit susciter la participation active des élèves et favoriser les interactions.
5. Développement de l’oreille et de l’appareil phonatoire.
Mis en contact tôt avec une langue étrangère, l’enfant en percevra et intégrera ses rythmes et intonations favorisant ainsi une meilleure maîtrise de celle-ci.
Par cette formation de l’oreille à des sonorités et des musicalités différentes, l’enfant pourra accéder à une meilleure maîtrise de la langue étrangère et donc une meilleure capacité à communiquer.
6. Développement de compétences linguistiques par la comparaison langue maternelle/ langue étrangère et la prise de conscience linguistique:
L’enfant, au cours de l’apprentissage d’une langue vivante, est amené à faire des comparaisons tant du point de vue lexical que du point de vue grammatical avec sa langue maternelle.
Une langue est un système visé à la communication, elle est régie par ses propres règles. Apprendre une langue ne se résume pas seulement à apprendre des mots ; il faut également étudier les règles qui permettent aux mots de s’articuler entre eux dans un but communicatif.
L’enfant acquiert aussi une capacité plus grande, à considérer la langue comme un système abstrait.

7. Développement de compétences cognitives par l’écoute, la concentration et la mémorisation:
Toute communication orale suppose une situation d’écoute. Le fait que l’enfant soit placé dans une situation où au départ il ne comprend pas ce qu’il entend, l’oblige à se concentrer et à écouter attentivement. Alors, l’élève développe une attitude active nécessaire à toute situation de communication.
L’enseignement d’une langue vivante à l’école primaire se caractérise par la priorité donnée à l’oral, les comptines et chansons, souvent source de plaisir, peuvent être de bons facteurs de développement de la mémorisation qui seront utiles pour répondre au besoin de communiquer de l’enfant.
8. Socialisation et ouverture culturelle:
L’enfant développe des compétences de communication et d’expression orale. Le fait de parler de lui, de partager ses goûts avec des pairs développe une certaine socialisation, une meilleure coopération et une ouverture d’esprit sur autrui.
Au sein de la classe, l’apprentissage d’une langue étrangère peut ainsi permettre une meilleure intégration de certains élèves (élèves d’origine étrangère par exemple).
En somme, toutes ces compétences permettent à l’élève de développer une bonne compréhension auditive et une expression orale adéquate nécessaires à de véritables situations de communication.

این مطلب رو هم توصیه می کنم بخونین:   دانلود پایان نامه درباره گروه کنترل، استرس

2.3. Les problèmes de l’approche communicative
En dépit de tous les excellents principes de la méthode communicative que nous venons de relever, il existe de nombreux problèmes dans une classe de français langue étrangère, où l’enseignant utilise cette méthodologie. L’étudiant peut participer à des situations de conversation en la langue étrangère où il peut rencontrer des difficultés:
1. Il n’est pas possible de s’attendre à ce que l’élève s’exprime en français dès le début. Le professeur doit apprendre aux élèves un vocabulaire qui les aide à s’exprimer.
Cela montre que l’élève qui apprend le français, développe un « système linguistique indépendant» pour l’aider à s’exprimer.
2. Il est possible que l’élève ne soit pas linguistiquement fort, mais il développe quand même un langage intermédiaire. Il développe alors un langage et des structures de phrases qu’il recueille de ses connaissances.
Dans ce cas il rattache sa langue maternelle à ses connaissances du français. Le résultat est un développement d’un langage intérimaire.
De temps à autre, l’élève peut dire ou faire des erreurs quand il s’exprime.
3. En cours, les conversations peuvent être facilement trop contrôlées par le professeur. Autrement dit, ce dernier s’exprime avec ses questions et ses attentes envers ses élèves.
Bien que la conversation soit en français, c’est le professeur qui en a le contrôle. Il y a peu de participation du côté des élèves. Dans ce cas, nous pouvons dire qu’il y a seulement un locuteur et peu de destinataires. Ce type de conversation conduit alors à peu d’apprentissages.
4. La plupart des élèves mémorisent les mots dans un contexte particulier et sont capables de les répéter. Mais, il est très difficile pour eux de se décentrer des structures qu’ils connaissent déjà dans tel contexte et donc, de produire des énoncés nouveaux.
5. Il est évident que le travail en groupe génère du bruit, les élèves sont tellement motivés qu’ils «s’excitent» notamment lors de l’activité sur les sondages, comme ils voulaient à tout prix interroger tout le monde, ils se déplaçaient partout dans la salle à la recherche d’un partenaire.

2.4. L’approche communicative – une entrée linguistique qui peut jouer un rôle important
Nous pouvons observer que nous utilisons le français comme moyen de communication dans des exercices qui invitent l’élève à participer à des conversations.
En tant qu’outil de travail, le français peut développer les compétences orales chez l’élève. Le développement des compétences orales peut conduire à une acquisition linguistique.
Il peut arriver que le professeur corrige ses élèves dès qu’ils font une erreur quand ils s’expriment. Idéalement, le professeur et ses élèves discutent ensemble pour atteindre un apprentissage.
L’élève peut apprendre et enseigner ses connaissances à ses camarades, tout en étant en interaction avec eux et son professeur.
En tant qu’individu social, l’élève doit lire les réactions de ses interlocuteurs pour savoir s’il se fait comprendre. S’il obtient de nouvelles entrées linguistiques de la part de ses destinataires, il peut adapter ses propres théories à de nouvelles connaissances et développer de nouvelles compétences linguistiques en français.
Nous pouvons observer que dans un encadrement scolaire, les langues sont des matières qui ont besoin d’interactions et de relations sociales, afin de pouvoir développer des compétences orales et auditives.  

Chapitre 3

Les méthodes du FLE
en Iran

3.1. Préface
Dans ce chapitre nous allons nous concentrer sur l’enquête qu’on a eu le plaisir de conduire pour avoir une idée de l’attitude des élèves en cours de FLE et d’en comprendre les raison.
Nous allons aussi analyser les résultats recueillis pour pouvoir décrire en quelques mots l’attitude de l’élève en FLE de manière générale. Nous allons aussi parler de l’emploi de l’approche communicative de notre groupe d’élèves en cours de FLE.
En ce qui concerne les méthodes du FLE pour le marché international, on ne peut éviter de considérer

دسته‌ها: No category

دیدگاهتان را بنویسید